Version françaiseEnglish version
Foire
aux questions
Trouvez
vos réponses
Q. Quelle est votre procédure de prise en charge des demandes d’intervention ?
R. Une hotline + 33 (0)1 48 77 16 65 est à votre disposition 24h / 24h pour prendre en compte vos appels et vous proposer la solution attendue.
Q. Quels sont vos délais d’intervention ?
R. En cas de panne bloquante, nous assurons un délai d’intervention de deux heures maximum sur les territoires Français, Belge et Suisse.
Q. Comment faites-vous pour assurer une maintenance multimarques alors qu’il est nécessaire d’avoir accès à toutes les pièces ?
R. Nous disposons pour ce faire de stocks de pièces détachées correspondant à six mois au minimum de consommations sur les équipements que nous avons sous contrat. Ces stocks sont centralisés ou sur sites.
Q. Quelles sont vos sources d’approvisionnement en pièces détachées ?
R. Nous nous procurons les pièces détachées aux normes constructeurs aux sources les plus pertinentes en France, aux Etats-Unis ou en Asie, à travers un réseau propre de revendeurs, partenaires ou constructeurs.
Q. Comment les logiciels d'utilisation des matériels ou nos applicatifs sont-ils protégés en cas d’intervention de vos équipes suite à une panne ?
R. Lors de nos opérations de maintenances préventives ou curatives, lorsque cela est nécessaire et à votre demande, nous effectuons une sauvegarde des logiciels.
Q. Pouvez-vous installer des logiciels évolutifs ?
R. Nos contrats de maintenance incluent l'installation sans surcoût des logiciels évolutifs développés par les constructeurs et sur lesquels les clients ont les droits d'utilisation.
Q. En quoi consiste la formation sur site des opérateurs ?
R. Elle s’applique à vos machines d’exploitation et comprend : la préparation des documents à traiter, les bonnes pratiques d’utilisation de la machine, le remplacement de consommables et de certaines pièces (maintenance de 1er niveau) et le nettoyage des éléments. N.B. La déclaration d’activité de prestataire de formation d’IMAC est enregistrée sous le N° 11 94 07316 94 - Préfecture Ile de France.
Q. Comment faites-vous pour assurer la maintenance technique de matériels complexes et aussi diversifiés ?
R. Nous sommes bien organisés et disposons des documentations techniques nécessaires. Les techniciens ont été formés chez les constructeurs et bénéficient d’un complément de formation IMAC. Ils sont supportés par des Ingénieurs spécialisés par marques. Enfin, IMAC a conclu des accords avec les constructeurs pour les supports usines et les pièces détachées.
Q. Vous avez plutôt une réputation de mainteneur de matériels anciens. Pouvez-vous également prendre en charge des matériels de dernière génération ?
R. IMAC s’est fait une spécialité de reconditionner des matériels anciens et d’allonger leur durée de vie. Cela correspond à l’air du temps, car les clients ont resserré leurs budgets d’investissement en matière de matériels neufs. Pour autant, IMAC se positionne aussi sur les dernières générations de machines mises au point par les constructeurs.
Q. Comment faites-vous pour avoir des tarifs si peu élevés ?
R. Une très bonne gestion de nos frais généraux et de nos stocks, une grande motivation de nos équipes et un très faible turn-over contribuent à notre efficacité et donc à des coûts de revient bas.
Q. Avez-vous des difficultés avec certains constructeurs qui veulent se réserver la maintenance pour eux-mêmes en installant des clefs numériques sur les matériels ?
R. Il est vrai que cela devient une pratique répandue mais c’est aux clients d’être vigilants et de prévoir dans leurs contrats l’obligation faite aux constructeurs de former et transmettre les licences à un mainteneur de leur choix.
Q. Comment pouvons-nous améliorer notre productivité grâce à IMAC ?
R. De deux façons : 1) Sous réserve d’étudier la configuration précise de vos matériels et dans la mesure où IMAC les maîtrise, son service Engineering est capable dans certains cas d’effectuer des upgrades qui en améliorent la performance. 2) Il est avantageux d’avoir le même technicien qui gère la maintenance des machines en amont (ex : ouvreuses automatiques de courriers) et celles situées en aval (scanners de production). Cela évite les ruptures et le fameux « moi, j’ai fait mon travail et je ne me préoccupe pas du tien » toujours préjudiciables à la fluidité des volumétries.
Pour toutes autres questions
Haut de page